Forum sur le sommeil des enfants et les difficultés rencontrées. Lieu d'échanges, de conseils, d'aide et de soutien pour tous les parents.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enfant bien porté, enfant bien portant ... ( article LLL )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clochette
Admin


Nombre de messages : 1081
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Enfant bien porté, enfant bien portant ... ( article LLL )   Ven 29 Sep - 14:36

Enfant bien porté, enfant bien portant...


Concernant le portage, on pourrait presque reprendre mot pour mot ce qu'on dit de l'allaitement.

Comme l'allaitement, le portage a assuré depuis les débuts de l'humanité à la fois la survie physique des petits d'homme (le contact permanent avec la mère les protégeait des bêtes féroces) et leur développement psychique (c'est ce contact permanent qui a permis l'apprentissage, la transmission des connaissances, et par conséquent l'émergence de la civilisation.

Comme l'allaitement, le portage a souffert de désaffection à l'époque moderne. On a voulu à toute force transformer les humains de "primates porteurs" (et portés) en "nidicoles" (qui, comme les oiseaux, se développent dans un nid) : les bébés devaient dormir bien "au calme", dans leurs chambres isolées, dans leurs petits lits immobiles.

Comme l'allaitement, le portage a connu un regain de faveur à l'occasion du "retour à la nature" des années 70. Alors qu'il était considéré auparavant comme une pratique de "sous-développés", on a revu dans nos rues des "bébés kangourous" sur le ventre de leur mère ou de leur père.

Mais tout comme l'allaitement prolongé, le "portage prolongé" est rare chez nous : quand il dépasse quelques semaines et quelques kilos, le bébé se retrouve généralement en poussette, au niveau des pots d'échappement...

Comme l'allaitement, le portage est "hors commerce". Mis à part l'achat du porte-bébé (et encore... : on peut très bien le fabriquer soi-même), porter ne coûte rien, alors que toute la puériculture moderne vise à persuader les nouveaux parents qu'ils ont besoin d'acheter tout un matériel coûteux et encombrant.

Comme l'allaitement, le portage est un art d'imitation. Rien ne vaut de voir une mère porter son bébé pour avoir envie d'en faire autant et pour "attraper le coup", savoir enrouler le tissu, installer l'enfant... Et les enfants qui ont été portés et/ou qui voient leur mère porter un bébé, ont envie eux aussi de porter leurs poupées ou nounours dans un porte-bébé plus ou moins improvisé (un torchon peut faire l'affaire !).

Comme l'allaitement, le portage est agréable pour l'enfant et pour la mère (ou le père). Cela seul devrait suffire à le justifier, mais comme on a toujours besoin d'arguments "scientifiques", et bien que les études soient peu nombreuses sur le sujet, nous allons en donner une petite liste.

Le plus évident, qui crève les yeux (ou plutôt qui ne crève pas les oreilles !), c'est que les enfants portés crient moins que les autres. Non pas tant que leurs pleurs soient calmés par le portage (quoique cela arrive) que parce qu'ils n'ont pas besoin de pleurer : le contact étroit avec l'adulte fait que ce dernier est tout de suite averti des besoins du bébé et peut les satisfaire sans attendre.

Une étude parue dans Pediatrics en 1996 a confirmé cette évidence : chez la centaine d'enfants observés, le portage réduisait les pleurs et l'agitation de 43% le jour et 51% la nuit.

Le portage facilite l'attachement parents/enfant. Une expérience relatée dans le Lancet en 1987 va dans ce sens. On a distribué de façon aléatoire, à deux groupes de mères de milieux défavorisés, des porte-bébés en tissu ou des sièges en plastique, en leur demandant de s'en servir régulièrement. A 13 mois, on a testé la qualité de l'attachement mère/enfant : 83% des "enfants porte-bébés" montraient un attachement sécurisé, contre 38% des "enfants sièges en plastique".

Le portage renforce le sentiment de compétence et de confiance en soi des parents, qui savent qu'ils ont un moyen sûr de satisfaire les besoins de leur bébé (c'est particulièrement important dans le cas de bébés à coliques, de bébés aux besoins intenses). Un moyen qui par-dessus le marché leur permet de continuer à vaquer à leurs occupations et à s'occuper des autres enfants.

Un nourrisson qui s'éveille commence à pleurer seulement lorsqu'après avoir émis un son bref pour attirer l'attention, il ne perçoit aucun signe de présence de la part de ses parents (Morath, 1977). Ce besoin de présence se manifeste plus souvent que les parents ne peuvent le comprendre, car rien d'inquiétant ne semble menacer le nourrisson. En fait, ce qui l'inquiète, ce sont le silence et la solitude, qui n'ont rien d'anormal ni d'inquiétant pour les petits des oiseaux nidicoles. Comme le suggère Portmann (1944/69), le nourrisson n'est pas nidicole de nature, mais notre société fait de lui un nidicole "culturel" (Peiper, 1950, 1955, 1961). Pourtant, du point de vue de la biologie du comportement, le nourrisson manifeste toujours son appartenance au type "petit marsupial", qui a besoin de la présence de la personne qui prend soin de lui. Sa capacité à dormir profondément même s'il est secoué et entouré de bruit, prouve l'effet rassurant pour lui des signes d'activité et donc de présence de cette personne.

Dr Evelin Kirkilionis, thèse de doctorat, Université de Fribourg, 1990.


Les bébés portés reçoivent beaucoup plus de stimuli que ceux qu'on laisse tout seuls des heures dans leur chambre. Ils participent à toutes les activités de la maisonnée, "à hauteur d'homme", tout en étant sécurises par le contact. Ce qui permet un éveil harmonieux en rapport avec la réalité, une véritable implication au sein du monde et un dévelop­pement riche et subtil de tous les sens.

Le bercement du portage stimule le système nerveux imma­ture du bébé , en particulier le système veslibulaire (sens de l'équilibre).

Les bébés qui sont beaucoup portés développent un bon tonus du cou et du tronc, voir une capacité d'adaptation aux changements de position. Ils ont en moyenne un développement psycho-moteur plus rapide et plus harmonieux, et souvent, contrairement à ce qu'on pourrait penser, ils marchent plus tôt (c'est frappant chez les petits Africains).

Le portage traditionnel jambes bien écartées (par exemple à califourchon sur la hanche) est préventif des problèmes de hanche. On sait que les peuples où les enfants sont portés ainsi, ne connaissent presque jamais de luxations de la hanche.

Les avantages du portage sont particulièrement nets pour les bébés prématurés (c'est d'ailleurs lu qu'on trouve le plus d'études). Pour ces enfants nés à un âge où ils devraient cire encore enveloppés par la matrice, le portage, que certains ont appelé "a womb with a view" ("utérus avec vue"), va prolonger la gestation trop tôt interrompue. C'est l'expé­rience des "bébés kangourous" colombiens), reprise dans certains centres de néo-natologîe européens : le bébé, seule­ment vêtu d'une couche, est placé à la verticale peau à peau sur la poitrine de sa mère ou de son père, et ce en coniinu. Toutes les éludes ont confirmé que chez les bébés ainsi "traités", le sommeil est plus profond, les pleurs plus rares, l'énergie mieux conservée, l'allaitement et rattachement parents/enfant facilités, la prise de poids plus rapide, les infections plus rares.

Il y a portage et portage

Mais tous les porte-bébés ne se valent pas. Il faut notamment mettre en garde contre les porte-bébés style kangourou, ou le bébé est comme "suspendu" jambes pendantes, sans être bien maintenu contre le corps du por­teur. Ils cumulent les inconvénients :

> pour l'enfant : alors que les premiers temps, il est pré­férable qu'il soit en flexion, comme dans la position foetale, dans ces modèles il est dans une position dangereuse pour sa colonne vertébrale, qui compromet un bon développement des courbures vertébrales (sans parler des risques de chute) ;

> et pour le porteur : le poids de l'enfant portant unique­ment sur les épaules, ça tire sur le cou, les épaules et les reins ; alors qu'avec un porte-bébé où le bébé est bien main­tenu contre le corps de l'adulte, son poids est mieux réparti, ce qui évite le mal de dos.

Tous les autres porte-bébés ont leurs avantages et leurs inconvénents. Comme on le verra dans les témoignages, un modèle conviendra à l'une et pas à l'autre, conviendra dans une situation et pas dans une autre. Beaucoup le disent, l'idéal est d'avoir plusieurs modèles, qu'on utilise au gré des situations.

Par exemple, le porte-nourrisson de L'Enfant et la vie est très bien pour un nourrisson qu'on porte couché devant soi, mais cela ne dure pas plus de quelques semaines. Le pagne à l'africaine ou l'écharpe (style Pola ou Didymos) exige une certaine technique, bien que celles qui l'utilisent affirment qu'on l'acquiert vite.

Le Snugli a fait le bonheur de nombreux parents et enfants (c'était un "faux kangourou", car l'enfant y était bien assis), malheureusement Rémond vient d'en arrêter la fabrication. Le Tonga est toujours très pratique (c'est sûrement celui qui prend le moins de place !), mais pas assez enveloppant au goùi de certains, notamment les tout premiers mois. Si LLL France s'est décidée à mettre au point le porte-câLLLin, de style foulard ou "hamac", c'est parce que ce modèle, très facile d'utilisation, permet de porter un bébé comme un bambin dans tout un tas de positions (couché, assis devant, à califourchon sur la hanche...) et permet même d'allaiter sans enlever l'enfant du porte-bébé !



Publié dans Allaiter Aujourd'hui n° 40, LLL France 1999
www.lllfrance.org


Dernière édition par clochette le Mar 9 Déc - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesgraines.fr
meki
Incontournable
Incontournable


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: Enfant bien porté, enfant bien portant ... ( article LLL )   Lun 2 Oct - 14:24

j'ai lu un témoignage d'une maman sur LLL qui avait porté ses 3 ou 4 enfants je vais essayer de te le trouver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
meki
Incontournable
Incontournable


Nombre de messages : 104
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: témoignage   Lun 2 Oct - 14:39

imprimer
FEUILLET 16 DE LA LECHE LEAGUE FRANCE

Porter son bébé ou comment vivre en harmonie avec un petit enfant


Depuis 13 ans que je vis avec des bébés et des petits enfants, le portage a toujours été pour moi indissociable du maternage et source pour toute la famille de beaucoup de bonheur.

Bonheur pour moi de sentir ce petit heureux, au chaud contre mon cœur, enveloppé dans mon manteau en hiver, pouvant téter à volonté et discrètement, dormir quand vient le sommeil ; liberté aussi d'aller partout sans contraintes matérielles : cinéma, conférences, congrès, plage, copines, pique-niques, répétition de chorale, restaurant, etc. Il dort sur moi et reste calme puisque rassuré ; je suis détendue parce qu’il est près de moi, je ne suis pas inquiète ni pressée de rentrer, je ne suis pas encombrée de matériel avec juste une couche de rechange dans la poche. Si j'ai besoin d'indépendance, il m'arrive de le poser, profondément endormi, enveloppé dans le porte-bébé et couvert d’un de mes vêtements. Quel plaisir en promenade de sentir ce petit corps devenir lourd dans mon dos et cette petite tête venir se blottir dans mon cou !

Bonheur aussi pour le bébé qui ne pleure pratiquement jamais. Non que j'utilise spécialement le portage pour calmer les pleurs, mais tout simplement parce qu'un bébé porté plusieurs heures par jour n'a pas d'épisode de “ décharge émotionnelle ” ni d'autre épisode de pleurs sans cause matérielle évidente (faim, douleur...) ; pas plus le soir entre 18h et 22h (comme cela est devenu la norme dans nos pays), qu'à aucun autre moment de la journée ou de la nuit. Il s'ensuit une économie d'énergie considérable pour le bébé qui peut alors consacrer celle-ci aux tâches essentielles de son développement. C'est d'ailleurs un phénomène frappant que cette absence de pleurs incoercibles chez les bébés portés, et qui m'a souvent été rapporté par des personnes ayant séjourné dans les pays où les bébés passent leur première année blottis contre le corps de leur mère et bercés par ses activités quotidiennes. Cela fait dire à certains que le mode de vie normal du bébé durant sa première année serait le mouvement (équilibre dynamique) et non la tranquillité ou le calme (équilibre statique) si souvent conseillés chez nous !

Je pense que l'on peut trouver de multiples explications à ce phénomène :



• les avantages affectifs :

- la proximité de la mère rassure le bébé, lui procure chaleur et bien-être et “remplit ses réserves affectives”, le rendant heureux, gai et rapidement très indépendant (jouant de longs moments seul ou avec ses frères et sœurs, explorant très tôt un vaste territoire loin des jambes de sa maman, ne craignant pas les visages nouveaux - même lors de la fameuse “crise” des 9 mois - etc.).



• les avantages physiques :

- le portage, particulièrement en position verticale serrée, facilite la digestion, favorise les rots, évite les “reflux” (tellement fréquents, hélas) et diminue les fameuses coliques du nourrisson.

- le bercement, par les mouvements de la mère et les bruits de son cœur, stimule le système nerveux immature du bébé. En particulier, la stimulation du système vestibulaire (situé derrière chaque tympan) organise le bébé dans ses mouvements et sa perception du monde, limite les phases de sommeil profond propices aux “ pauses ” respiratoires, favorise un sommeil équilibré pendant et après le portage et un développement précoce du sens de l'équilibre et de tous les aspects de la psychomotricité (paradoxalement, les enfants marchent plus tôt dans les pays où ils sont traditionnellement portés !).

- le fait de participer à la “vraie vie” des adultes permet un éveil harmonieux en rapport avec la réalité, une véritable implication au sein du monde et un développement riche et subtil des sens : vision “à hauteur” du visage des adultes et de leurs activités ; toucher de la peau, des cheveux, des différents tissus des vêtements du porteur ; odeurs corporelles, de cuisine, de marchés.., bruits de la vie quotidienne, des conversations, vibrations des voix maternelle et paternelle... Sans oublier le goût,bien sûr, que l'allaitement maternel facilité développe tout en finesse !



• la prévention des problèmes de hanches :

C'est un autre avantage important du portage en position verticale, jambes écartées, à condition de choisir un bon porte-bébé. Il est à noter que tous les portages traditionnels sont bénéfiques à ce sujet, ce qui n'est pas le cas de nos porte-bébés occidentaux, nous en reparlerons plus loin.



• “Aïe, mon dos !”

J'entends d'ici un concert de protestations : “et mon pauvre dos (d'occidentale sédentaire que je suis moi aussi) ?”.

C'est ici qu'interviennent le mode de portage et le choix du porte-bébé. Mes solutions : un bon médecin ostéopathe pendant la grossesse (et après) et plusieurs porte-bébés, très différents, que j'utilise dans la journée selon les circonstances.

On peut aisément s'offrir ou se faire offrir plusieurs porte-bébés pour le prix d'un landau ou d'une poussette (coûteuse, encombrante, et dont les tressautements mécaniques, comme ceux de la voiture d'ailleurs, rendent passif), ainsi qu'une petite poussette de marché pour mettre les provisions. C'est bébé qui profite de la vue des étalages colorés et de la vue des passants sur le dos de maman.



• Que choisir ?

- Pour la balade longue et les “coups de feu” de la vie familiale (préparation des repas, ménage), je mets mon bébé sur le dos avec le SNUGLI. J'ai les deux bras complètement libres et je peux pratiquer des activités telles que la cuisine et le repassage sans aucun danger pour le bébé. Il ne peut glisser sur le côté et, en y ajoutant un petit appuie-tête, même un nourrisson y est parfaitement bien. Pour un bébé plus grand, j'utilise le porte-bébé à armatures (vite fatigant pour le dos) ou le merveilleux pagne africain dont le seul inconvénient est d'en acquérir le tour de main sous peine d'avoir à le resserrer de temps en temps. Il ne fait en effet pas du tout mal au dos, soutient parfaitement celui du bébé, prend soin de ses hanches et c'est le plus économique (un simple morceau de tissu solide suffit). Il sert aussi de tapis de plage ou de couverture. L'écharpe “ porte-bébé ” avec ses nombreuses possibilités est aussi très adaptée ainsi d'ailleurs qu'aux autres activités.

- Pour les activités “sociales” où je n'ai pas forcément besoin d'une totale liberté de mes deux bras, (courses en ville, réunions, cinéma, etc.), le modèle foulard ou PORTE-CÂLLLIN est vraiment une merveille : archi simple, joli, il est très confortable et, porté correctement serré, ne fait pas du tout mal au dos. Le bébé peut être porté dans des tas de positions, y compris allongé et sur le dos, et le chargement se fait d'un geste. J’ai été conquise lorsque je l'ai découvert pour mon 4ème bébé, il a considérablement simplifié ma vie de famille et celle de beaucoup d'autres mamans. Quel bonheur pour materner un enfant malade, qui traverse une période de besoins intenses ou qui, né “différent”, a besoin à la fois de beaucoup de stimulations et de beaucoup de sécurité ! Cela peut devenir une pièce de la garde-robe, assortie aux tenues de la maman et qui l’accompagne une bonne partie de la journée !

Je n'oublie pas le TONGA, simple filet à glisser dans la poche et qui rend un peu le même type de service. Il est moins encombrant mais aussi moins confortable.



• A éviter autant que possible :

Le portage long en position ventrale, donc le KANGOUROU et tous ceux qui lui ressemblent. Ce sont les plus mauvais pour le dos de la mère et le confort du bébé dont les jambes ballottent et le bassin est déséquilibré. Le bébé est en effet assis sur ses organes génitaux et non sur ses ischions (os du bassin sur lesquels on s'assied comme l'a prévu la nature). En ce qui concerne l'enfant, je ferais exception pour le SNUGLI, le PORTE-MOI et le PORTE-NOURRISSON de l'Enfant et la Vie qui prennent soin des hanches du bébé mais restent, utilisés en position ventrale, déconseillés pour la mère en usage prolongé ou répété. A éviter également le porte-bébé type hamac, s’il n’est pas facilement réglable.

Toutefois, pour tous les avantages vus ci-dessus, mieux vaut peut-être un bébé porté en KANGOUROU que pas porté du tout !

Le portage dans les bras a, lui aussi, des inconvénients pour le dos et, très vite, les tensions musculaires deviennent inconfortables pour la mère comme pour l'enfant. Mais là comme ailleurs, c'est à chacune de trouver ce qui lui est le plus confortable. Il paraît qu'aux Antilles, c'est un mode de portage traditionnel !

Il me faut aussi citer les témoignages de plusieurs mères qui m’ont dit soulager les douleurs de dos... en portant leur bébé plusieurs heures ! Pour l'une d'entre elles, c'était pendant une grossesse et l'on peut facilement imaginer que le poids du bébé sur le dos rééquilibrait le poids du bébé en gestation. Un phénomène de rééquilibrage de même type se produit sans doute aussi pour les autres mères, bien que non enceintes, qui m'en ont parlé.



• Un apprentissage nécessaire :

Quel que soit le mode de portage adopté, il faut toujours un certain temps pour s'y sentir vraiment à l’aise, porteur et porté. Cela n'est pas dans nos traditions, nous avons tout à réinventer ! Cela peut aller de quelques jours à quelques semaines. Si le bébé est surpris la première fois, surtout s'il est déjà grand, il ne faut pas se décourager ou décider arbitrairement qu'il n'aime pas ça. Dans quelque temps, il est probable qu’il en redemandera ! Il suffit d'essayer quelques minutes par jour au début, puis de plus en plus longtemps, sans oublier, au fur et à mesure que bébé grandit, d'expérimenter d'autres positions qu'il peut apprécier une fois parvenu à un nouveau stade de développement. Le plus simple, bien sûr, étant de commencer dès la naissance ou au cours du premier mois ; mais on peut en observer les bénéfices à tout âge.


• En conclusion :

Ce que j'ai découvert en pratiquant le portage en complément de l’allaitement, c'est que combler les besoins du bébé ce peut être aussi combler les miens et ceux de toute la famille. Ils ne sont pas opposés comme veut nous le faire croire la société dans laquelle nous vivons. Un bébé heureux, c'est une mère détendue, moins fatiguée, plus disponible pour son conjoint, sa famille et elle-même.

Porter son bébé tisse des liens intimes entre l'enfant et ses parents, permet la satisfaction des besoins de l'enfant par une compréhension fine de ceux-ci, tout en donnant aux parents un profond sentiment de compétence et en leur permettant une vie active.

Un bébé porté, c'est une famille qui peut continuer à vivre à son rythme propre tout en respectant celui de chacun de ses membres, du plus petit au plus grand, avec un minimum de frustrations et un maximum de bonheur.


Marie-France Morineaux


PORTE-BEBES
· PORTE-CÂLLLIN : porte-bébé style foulard réglable, disponible à la boutique et auprès des groupes LLL
· TONGA : disponible à la boutique et auprès des groupes LLL
· ECHARPE PORTE-BEBE : disponible à la boutique et auprès des groupes LLL
· SNUGLI : épuisé. Son équivalent : GLÜCKSKÄFER, disponible dans le catalogue de “ Mot, Formes et Couleurs ”, 18 route de la Chapelle, 67190 Mollkirch-Laubenheim,
Tel/Fax 03 88 49 00 95
· PORTE-MOI : épuisé. On peut trouver un équivalent sous www.wilkinet.com

Références
Allaiter Aujourd’hui, “Les bienfaits du portage”, n° 40
· William SEARS, pédiatre, Mothering, hiver 1989 article traduit dans La Voie lactée
·Marlène SWEENEY, New Beginnings, juillet 1991- article traduit dans La Voie lactée, juillet 93
· Jean LIEDLOFF, The continuum concept
· Serge LEBOVICI, Le portage de l'enfant,1984
· René ZAZZO, L'attachement
· MONTAGNER H., L'attachement, les débuts de la tendresse
· L'ENFANT ET LA VIE, 164 rue de Lille, 59 420 Mouvaux
*article dans le n° 95
*Fiche pratique appui-tête pour Snugli
*Porte-bébé (le porte-nourrisson)
*nombreux articles sur la pédagogie Montessori et le développement de l'enfant






© LLL France
Peut être reproduit, imprimé ou diffusé à condition de mentionner la provenance de ce texte.
Pour Internet, merci de mettre un lien vers le site de LLL France : www.lllfrance.org
Feuillet 16 - révisé octobre 2001





Sommaire du fond documentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfant bien porté, enfant bien portant ... ( article LLL )   Aujourd'hui à 0:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfant bien porté, enfant bien portant ... ( article LLL )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils pour faire manger des légumes à un enfant
» UN BONNET SUPER SIMPLE... ET BIEN CHAUD !
» Que mangent vos bébés à 18 mois?
» kids2sit système pour un 2ème enfant
» petite question,changer de chambre ou pas!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM - Le sommeil et nos enfants :: Le portage en écharpe et le sommeil-
Sauter vers: