Forum sur le sommeil des enfants et les difficultés rencontrées. Lieu d'échanges, de conseils, d'aide et de soutien pour tous les parents.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ainsi dorment les bébés ... ( extrait )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clochette
Admin


Nombre de messages : 1081
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Ainsi dorment les bébés ... ( extrait )   Ven 15 Sep - 15:15

Vous pourrez retrouver ce texte dans sa version intégrale dans la rubrique " le coin des petites infos "
Voivi le lien :
http://nos-enfants-la-nuit.bbflash.net/ftopic12.Ainsi-dorment-les-bebes.htm


Ainsi dorment les bébés ... (extrait )

( ... / ...)

Le sommeil partagé

On parle de sommeil partagé lorsque la mère et l'enfant dorment dans une proximité suffisante pour permettre à chacun de percevoir les signaux et messages sensoriels de l'autre : cela peut être bien sûr l'enfant dans le lit familial, mais aussi l'enfant dans un petit lit accroché "en side-car" au grand lit, le bébé dans son berceau dans la chambre des parents, l'enfant sur un petit matelas collé au grand lit, etc.

McKenna a observé que le sommeil de bébés dormant à proximité des parents (co-sleeping) est différent du sommeil de bébés dormant dans une pièce séparée. En cas de co-sleeping, il y a plus de sommeil léger (phases 1 et 2), plus de réveils et de réveils simultanés mère/enfant, augmentation du nombre et de la durée des tétées nocturnes, beaucoup plus de contacts physiques mère/enfant, quatre fois plus d'"inspections maternelles" (toutes les fois où la mère, sans même s'en rendre compte ni se réveiller, vérifie que l'enfant va bien, n'a pas froid ou chaud, remet une couverture ou l'enlève, etc.). Comme l'écrit McKenna, "cette façon de dormir permet à la mère (et au père) de réagir rapidement si l'enfant pleure, s'il s'étouffe ou encore s'il a besoin qu'on lui dégage les voies nasales, qu'on le rafraîchisse, qu'on le caresse, qu'on le berce ou qu'on le prenne dans les bras. Cela contribue à régulariser la respiration de l'enfant, son sommeil, ses modes d'éveil, son rythme cardiaque et sa température".

Et paradoxalement, cette façon de faire est aussi la meilleure façon de préserver le sommeil des parents. En effet, même si elle augmente le nombre des réveils nocturnes, elle diminue le temps d'éveil. Très souvent, ni l'enfant ni la mère (ni le père !) ne se réveillent complètement. La nuit se passe, et au petit matin, on ne se souvient même pas que l'enfant s'est réveillé !

Beaucoup de parents ont peur de rouler sur leur enfant et de l'écraser pendant la nuit, mais des études ont montré que même en dormant, les parents sont extrêmement conscients de la présence de leur bébé. Attention cependant, certaines circonstances peuvent engendrer des risques, et l'on s'accorde en général sur les précautions suivantes : pas de lit partagé en cas de tabagisme, d'ingestion d'alcool, de prise de drogues ou de médicaments diminuant la vigilance ; pas de matelas ni d'oreillers mous dans lesquels l'enfant pourrait s'enfoncer ; pas d'espace entre le lit et le mur où l'enfant pourrait tomber et rester coincé ; pas de sommeil partagé sur un canapé.

Cette façon de faire, pratiquée depuis l'aube de l'humanité, suscite chez nous beaucoup de réticences. Les parents qui l'adoptent n'y viennent en général qu'après avoir essayé beaucoup d'autres solutions, et sont souvent critiqués par leur entourage.

Il faut savoir que selon l'ethnologue Marcel Mauss, "l'humanité peut assez bien se diviser en gens à berceaux et gens sans berceaux (...) Dans les pays à berceaux se rangent presque tous les peuples de l'hémisphère nord". Or le recours au berceau marque une distance matérielle nette entre la mère et son enfant qui, de jour comme de nuit, repose sur une couche indépendante.

Nous sommes donc d'un pays "à berceaux", et il nous est difficile d'aller à l'encontre de notre culture. Quand nous le faisons, nous nous sentons toujours vaguement coupables. De plus, si les parents prennent l'enfant dans leur chambre ou leur lit parce qu'ils sont au bord de l'épuisement, il arrive que ça ne se passe pas bien, que les nuits soient encore plus chaotiques, et que le sommeil partagé soit alors rejeté comme une fausse solution. Il faut savoir en effet que, comme le dit l'un des témoignages des pages qui suivent, dormir à trois, ça s'apprend, comme dormir à deux. Et qu'il est très différent de dormir régulièrement avec son enfant depuis la naissance, et de tenter le sommeil partagé avec un bébé de quelques mois, avec lequel on se "bagarre" depuis quelque temps déjà autour du sommeil.

Une étude récente a comparé les pratiques de sommeil partagé dans deux cultures très différentes, les Etats-Unis et le Japon. Au Japon, le fait que l'enfant dorme entre ses parents est appelé kawa, ce qui signifie "rivière entre les berges" : il est normal que l'enfant dorme entre deux adultes qui le protègent. Aux Etats-Unis, comme chez nous, la norme est le sommeil solitaire, ce qui retentit aussi sur les familles pratiquant le sommeil partagé. On a observé que les enfants américains qui dormaient avec leurs parents avaient plus de réveils nocturnes que ceux dormant seuls, alors que chez les enfants japonais dormant avec les parents, la fréquence des réveils nocturnes était la même que celle constatée chez les enfants américains dormant seuls.

( ... / ... )

Claude Didierjean-Jouveau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesgraines.fr
 
Ainsi dorment les bébés ... ( extrait )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alain Le Vern en a décidé ainsi...
» qu'est ce qui nous fait courir ainsi?
» CITRO PLUS:extrait de pépins de pamplemousse
» EPP , l'extrait de pepin de pamplemousse ? Quel dosages
» Extrait d'un livre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM - Le sommeil et nos enfants :: Le co-dodo ou co-sleeping-
Sauter vers: