Forum sur le sommeil des enfants et les difficultés rencontrées. Lieu d'échanges, de conseils, d'aide et de soutien pour tous les parents.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les relations affectives du nouveau-né

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clochette
Admin


Nombre de messages : 1081
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Les relations affectives du nouveau-né   Mer 13 Sep - 16:02

Relations affectives du nouveau-né

Les premières études sur les interactions et comportements sociaux des jeunes enfants remontent aux années 70. Toutes les mères doivent savoir que leur bébé n'est pas un être végétatif, incapable de les comprendre et de réagir à leurs sollicitations mais que, au contraire, il organise ses expériences, il est "compétent". Non seulement le foetus, puis le nouveau-né et le nourrisson éprouvent des sensations et en gardent une "mémoire" mais en plus, une interaction précoce existe entre l'enfant et sa mère.

Pour Brazelton "le bébé fait au moins la moitié du chemin dans la direction de son père et de sa mère". Il y a comme le dit Montagner une "véritable partie de tennis qui se joue entre l'enfant et sa mère (ou son père)".

Dès les premiers jours de sa vie, le nouveau-né est capable de répondre et d'échanger avec sa mère et son père. Ses cinq sens lui permettent de tester toute une gamme de sensations et d'utiliser différentes structures communicatives. Leurs relations sociales et affectives occupent une place centrale dans les premières phases de leur développement. Dès la naissance, le nouveau-né manifeste un "état d'esprit" et des réactions spécifiques. Cet ensemble de tendances innées constituent le "tempérament" du nouveau-né : ainsi certains bébés pleurent beaucoup et s'agitent, d'autres, au contraire, sont plus calmes et restent silencieux en gardant les yeux ouverts.

Les interactions mère-enfant

Quelques travaux (comme ceux de Bowlby) sont centrés sur l'évolution de l'attachement de la mère pour son enfant. En 1970, Robson et Moss ont montré que les premiers jours de la vie de l’enfant sont caractérisés chez la mère par une atmosphère de vague à l'âme et de neutralité affective floue d'où va émerger petit à petit le sentiment d'attachement qui se concrétise surtout à partir du contact "oeil à oeil". L'instinct maternel n'apparaît pas instantanément à la naissance.

Irène Lézine a montré elle aussi que durant les premiers jours suivant la naissance, la mère éprouve un état de fatigue et est essentiellement préoccupée par l'intégrité physique du bébé. Elle est soulagée de sentir que l'enfant est entre les mains du personnel soignant. Au quatrième jour de la vie du nouveau-né, la mère commence à personnaliser sa relation avec le bébé et ceci s'accompagne d’une modification de la manipulation de l’enfant, de l'effleurement et des commentaires verbaux.

D'autres auteurs montrent comment les attitudes maternelles orientent le développement de la personnalité de l'enfant à travers des mécanismes d'interaction qui leur sont personnels. Ces mécanismes se définissent par rapport à la capacité des mères à répondre aux besoins de leur enfant avec souplesse, confiance ou au contraire avec rigidité. Selon Irène Lézine, la mère et le bébé s'ajustent progressivement l'un à l'autre.

Les interactions dépendent aussi des pratiques qui entourent la naissance dans les institutions. Dans les maternités traditionnelles, les conditions d'accueil ne permettent pas à la mère et l'enfant d'avoir la possibilité de se comporter librement. Les pratiques techniques qui entourent la naissance n'encouragent pas le couple mère-enfant à communiquer, à interagir. Elles sont certes indispensables en cas de souffrance néonatale mais beaucoup sont appliquées à titre de routine et entravent l'établissement de liens de bonne qualité.

Le nouveau-né voit, entend, a des émotions

Le nouveau-né n’est ni un petit bout de chair ni un adulte en miniature : c'est un être humain nouveau-né... Les communications préverbales sont restées méconnues pendant longtemps alors qu’elles sont la condition indispensable à toute forme d'apprentissage de l'enfant. C'est à partir de petits gestes quotidiens que le bébé se crée une image de la réalité et structure ses expériences : la façon dont sa mère le tient dans ses bras, le change, le lave, lui donne le sein ou le biberon.

Une mère a mille manières de rassurer son enfant qui pleure, mais elles proviennent toutes du même élan vital que l'enfant perçoit en tant que tel. Il est vite capable d'établir un lien entre ces différentes expressions sensorielles, ce qui lui permet de se créer l'image d'une mère rassurante. Pendant les deux premiers mois, la mère adopte des comportements différents en réponse aux comportements de l'enfant : ces attitudes recevront à leur tour en réponse des comportements nouveaux de la part de l’enfant. La répétition de ces actions permet au nourrisson de se former des schémas de relation avec l'autre et d’avoir tel comportement pour obtenir telle réponse.

Ainsi s'établit entre la mère et l'enfant une communication préverbale dont la charge affective favorise l'apprentissage de l'enfant. Durant cette période, l'esprit du nouveau-né est capable de recueillir et d'intégrer des données différentes et de percevoir les caractéristiques temporelles d'un événement ; il est capable de reconnaître les états affectifs (colère, bonheur, tristesse) de sa mère comme de son père.

Si on ne peut nier qu'il se passe quelque chose de tout à fait spécifique entre la mère et son enfant au moment de la grossesse et de l'accouchement, on ne doit pas en conclure pour autant que l'attachement ne peut se faire que vis-à-vis de la mère biologique. Les chercheurs du Laboratoire de Psychologie de l'Enfant (Paris X-Nanterre) ont montré que les nourrissons élevés dans des familles où le père participe autant ou plus que la mère aux soins précoces manifestent les signes d'un attachement au père comparable à celui qui se produit d'ordinaire avec la mère. Ceci peut être d'ailleurs élargi à toute personne qui procure à l'enfant les soins attentifs et affectueux qu'il réclame.

L'enfant est donc équipé, programmé dès sa naissance pour l'échange avec autrui à condition que l'adulte qui lui fait face soit réceptif aux signaux qu’il émet et qu'il y réponde efficacement. De manière générale, les adultes ont inconsciemment tendance à utiliser le code de communication le mieux adapté au nourrisson : les mimiques sont accentuées et reflètent celles de l'enfant, la voix monte, les yeux soutiennent le regard, etc.

Le sourire

L'enfant de 3 ou 4 semaines semble écouter sa mère avec fascination. Il la regarde fixement, ouvre et ferme la bouche et a l'air intéressé par la conversation. Il jase et babille en entendant sa mère parler ou chanter.

Vers 6 semaines, il se met à sourire lorsqu'elle s'occupe de lui. Ce sourire véritable se double d'une intensification du regard et d'une vocalise. Il est donc tout à fait différent du "sourire aux anges" qui n'est en réalité qu'un réflexe provoqué par des incitations intérieures. Saint-Anne Dargassies a constaté que la moitié des bébés nés à terme répondent aux stimulations par des sourires entre un et deux mois. Elle distingue ce sourire accompagné de regards brillants du sourire alimentaire ou " sourire aux anges " qui survient presque toujours lorsque le bébé a les yeux fermés. A cet égard, un bébé aveugle se met à sourir dans les mêmes délais qu’un bébé qui voit : ce sourire est déclenché par les voix, le contact physique ou la perception du souffle de la mère.

Les sourires du bébé communiquent toute une série d'émotions allant du bonheur à l'attente anxieuse, du salut au remerciement, etc. A ce stade, les comportements de la mère se modifient à leur tour en s'adaptant aux perceptions spécifiques qu'elle a de son enfant : le langage acquiert des tonalités aiguës, devient plus lent, les mimiques du visage s'enrichissent d'expressions moins fugaces. L’enfant modifie alors son comportement : sa respiration, ses mouvements de tête, la direction de son regard changent.

Dr Lyonel Rossant et Dr Jacqueline Rossant-Lumbroso
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitesgraines.fr
 
Les relations affectives du nouveau-né
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un nouveau site t'entraide
» NOUVEAU DISPATCHING
» Nouveau Mustela sans paraben
» Information sur les marques de lait pour nouveau ne
» Master Relations Internationales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM - Le sommeil et nos enfants :: Le coin des petites infos-
Sauter vers: